Rajab, mois sacré, Isra’ et Mi’rage, Voyage nocturne et ascension.

Mois de Rajab, Mois sacré

Le croyant musulman vit au rythme de l’univers. Ses adorations sont liées aux astres et leur révolution. Les horaires des prières quotidiennes, par exemple, dépendent du soleil. Les mois ont des particularités. Allah (le-Très-Haut) dit, en ce  sens dans le Saint Corant : (Les mois auprès d’Allah sont au nombre de douze dans le Livre d’Allah, le jour où Il a créé les cieux et la terre ; quatre d’entre eux sont sacrés. Telle est la religion droite, alors ne soyez pas injustes envers vous-mêmes durant ces mois ), [Le repentir, 36].

Ainsi, quatre mois sont qualifiés de sacrés. Trois d’entre eux se succèdent : Dhû el Qi’da, Dhû el Hidja, et Muharram. Le dernier est Rajab.

Pourquoi sont-ils qualifiés de sacrés ?

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer la raison pour laquelle quatre mois de l’année furent sacrés. Selon ‘Alî ibn Abî Talha, selon ibn ‘Abbâs, Allah a choisi quatre mois de l’année pour les rendre sacrés, et pour que les hommes leur vouent une considération particulière. Ainsi, il est plus grave de commettre des péchés au cours de ces différentes périodes. En parallèle, les bonnes œuvres y sont plus méritoires et bénéficient d’une meilleure récompense. Selon une autre hypothèse, ces mois furent désignés ainsi, car il est interdit de verser le sang au cours de ces périodes ; ce principe était bien connu des païens de la péninsule, il remonterait même à l’époque d’Ibrahim.

Une autre hypothèse assume qu’ils furent sacrés pour permettre aux Arabes d’accomplir le Hadj et la ‘Umra en toute sécurité. Dhû el Hidja fut sacré car il correspond à la période du Pèlerinage. Dhû el Qi’da fut sacré avec lui puisque c’est la période au cours de laquelle les pèlerins se rendent à La Mecque. Comme le retour se faisait en Muharram, il fut sacré pour ces raisons. Le pèlerin jouissait ainsi d’une certaine sécurité depuis son départ jusqu’à son retour. Quant à Rajab, il se trouve au milieu de l’année ; période durant laquelle les pèlerins des régions proches de La Mecque effectuent la ‘Umra. À son avènement, l’Islam a interdit de faire la guerre durant les Mois Sacrés, mais la majorité des savants estiment que cette loi fut abrogée par la suite.

 

Isra’ et mi’rage, 26ème nuit de Rajab,

Isra’ ou voyage nocturne, représente le voyage que le Prophète Mohammad (PSL) a effectué de son lit à la Mecque pour se rendre à Jérusalem et en revenir. En une nuit ! Premier miracle de ce mois !

Cet événement, avec le nombre de merveilles qu’il comporte est authentique, rapporté dans le saint Coran : Allah, a intitulé une sourate Al Isra’ (sourate 17, le voyage nocturne) en référence à cet événement. Celle-ci commence par : (Gloire à Celui qui fit voyager de nuit Son Serviteur de la Mosquée sacrée à la Mosquée la plus éloignée dont Nous avons béni les alentours, afin de lui faire découvrir certains de Nos signes ! Dieu est, en vérité, l’Audient et le Clairvoyant.) [Le voyage nocturne, 1] Ainsi, celui qui dément l’avènement de ce voyage est incroyant aux yeux de l’ensemble des musulmans.

Quant à l’Ascension (mi’rage), le Coran ne l’a pas explicitement citée mais il en a montré des signes dans sourate An-Najm (l’étoile) :

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

([1] Par l’étoile lorsqu’elle décline ! [2] En vérité, votre compatriote n’est ni un égaré ni un illuminé [3] et il ne dit rien sous l’effet de la passion ! [4] Ce n’est en fait qu’une révélation inspirée [5] que lui a enseignée un être d’une force prodigieuse, [6] doué d’une sagacité inouïe, qui se manifesta devant lui sous sa forme angélique, [7] alors qu’il se trouvait à l’horizon suprême. [8] Puis l’être se laissa glisser et s’approcha [9] jusqu’à ce qu’il ne fût qu’à une distance de deux portées d’arc ou moins encore. [10] C’est alors que Dieu révéla à Son Serviteur ce qu’Il voulait lui révéler. [11] Et le cœur ne saurait démentir ce que les yeux ont vu. [12] Allez-vous donc lui contester ce qu’il a de ses propres yeux vu, [13] et alors qu’il l’avait déjà vu lors d’une précédente apparition, [14] près du Lotus de la limite, [15] non loin du Jardin du séjour des bienheureux, [16] au moment où un voile indéfinissable recouvrait le Lotus? [17] Le regard du Prophète n’a ni dévié ni outrepassé la mesure, [18] et c’est ainsi qu’il lui fut donné de voir certains des plus grands signes de son Seigneur. [19]

 Ainsi, le prophète Mohammad (PSL)  a vu l’ange Gabriel (Gibril, PSL) dans sa forme angélique, à l’horizon, lors de la première révélation et la deuxième fois lors de son ascension.

L’année du chagrin

Cet événement a eu lieu, une année que le Prophète (PSL) a désigné par “l’année du chagrin”; cette année où il perdit sa femme et son oncle, soutiens indéfectibles jusqu’alors ! Les torts et les maltraitements de Qoreïch s’accentuèrent, poussant le Prophète (PSL) à chercher une terre d’asile, une terre bénie et saine afin d’y semer les graines de son apostolat et son appel à l’Islam.

Il rencontrait les tribus avoisinantes et leur présentait l’Islam et les inviter à l’embrasser. Ainsi, il se dirigea vers At-Ta’if à 63 km de la Mecque, lieu de résidence des Banou Thaqif. Lors de ce voyage, il fut accompagné par Zayd ibn Haritha, précédemment appelé fils adoptif de Mohammed( PSL).  Les chefs de la tribu interdirent aux habitants d’adresser la parole au Prophète (PSL) et lui envoyèrent leurs enfants, leurs esclaves et les indigents lui lancer des pierres.

Le prophète fut maltraité à tel point que ses pieds étaient ensanglantés. Il ne trouva issue que de retourner à la Mecque. [je ne vous parlerai pas ici, de son histoire avec le jeune chrétien rencontré dans le champ, une autre fois !] Il s’en retourna s’adressant à Son Seigneur par cette belle invocation, que le musulman reprend dans les cas de détresse : “Ô Allah ! Je me plains à Toi, de la faiblesse de ma force, du manque de mes moyens, et ma sous-estime aux yeux des gens. Ô Miséricordieux des miséricordieux ! Tu es le Seigneur des asservis et Tu es Mon Seigneur ! À qui me délaisse-Tu ? À un étranger qui me maltraite ? Ou bien à un ennemi à qui Tu m’as assujetti ? Si Tu n’es pas en colère contre moi, je ne me soucies guère d’autre chose ! Cependant la largesse de Ta bonté m’est plus aimable ! Je me réfugie auprès de Ta lumière qui a transpercé les ténèbres, que la vie ne se redresse que par Elle, contre Ta colère

Un cadeau du ciel !

Au sein de ces événements, Allah (ST) a voulu gratifier Son prophète (PSL) et le soulager de son chagrin en lui adressant un hommage sur terre et dans les cieux. Ainsi, lors de son retour à La Mecque, il rencontra un jeune chrétien qui le Prophète (PSL) proposa l’Islam et qui devint musulman. Sur la route du retour, Allah (ST) envoya un groupe de Djinns, pour qu’ils écoutent le Coran. Ils crurent et devinrent musulmans. Allah (ST) nous le rappelle : ( Souviens-toi de ce groupe de djinns que Nous dirigeâmes vers toi pour entendre réciter le Coran et qui, une fois en ta présence, dirent : «Soyons attentifs !» Et quand la lecture fut achevée, ils s’en retournèrent auprès des leurs pour les avertir. [30] «Ô notre peuple, dirent-ils, nous venons d’entendre un Livre révélé après Moïse, qui confirme les Écritures anciennes, mène tout droit à la Vérité et conduit à la voie de la rectitude ! [31] Ô notre peuple ! Répondez à l’Apôtre de Dieu et croyez en lui ! Dieu absoudra une partie de vos péchés et vous épargnera de cruels tourments. [32] Ceux qui ne répondent pas à l’appel de Dieu ne sauraient ni défier la puissance du Seigneur sur Terre ni trouver d’alliés en dehors de Lui. Ceux-là sont manifestement des égarés.) [Al-Ahqaf, 46, V29)

Puis Allah (St) envoya l’ange Gabriel à Mohammad (PSL), qui lava sa poitrine avec l’eau de Zamzam, et nettoya son coeur de la part de chaytane. Puis il l’emmena sur Al-Buraq, monture céleste rapide comme l’éclair. Il arriva à la mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem, où l’attendaient les prophètes en compagnie de qui il dirigea la prière.Et de là, il entreprit son ascension vers les hauts degrés du ciel, où il parla à Dieu. À chaque ciel, il fut accueilli par un grand prophète.

Prescription de la prière

Lors de cette ascension, Allah prescrit à la communauté du Prophète (PSL) la prière en nombre de cinquante quotidiennes. Conseillé par le Prophète Moïse (Moussa) (PSL), il négocia avec Allah la réduction de ce nombre à cinq prière rituelles par jour. Allah (ST) lui accorda cette faveur : (Je ne change pas de parole, cinq prières par jour avec la valeur de cinquante en récompense.) [Bukhari]

Ce fut le début de la prescription de la prière qui le second pilier de l’Islam après l’attestation de Foi (Chahada). Celui qui maintient sa prière, maintient sa religiosité, et celui qui la néglige, détruit sa religiosité. Cette obligation représente une ascension spirituelle pour chacun des croyants à travers laquelle il s’élève chaque moment. Cette prière, qui l’extirpe de la vie des gens, de la vie de plaisir et de distraction, de la vie de tracas et de matérialisme, vers le lieu où le croyant se dresse devant Son Seigneur, Tout proche, Lui parlant avec sérénité et recueillement.

Souvenir éternel !

Cet événement nous rappelle aussi, la situation de la mosquée Al-Aqsa, et sa valeur auprès de chaque croyant. Allah a lié entre la mosquée Sacrée (Al-Haram) de la Mecque à la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem dans le même verset, pour que ni l’une, ni l’autre des deux mosquées ne soit délaissée de la part de tout croyant.

La terre de la mosquée Al-Aqsa est une terre bénie ainsi que tous ses alentours, car c’est la terre des prophéties !

Que ferons-nous de ce souvenir ?

Et maintenant, après ce rappel de ces événements de ce mois de Rajab, 7ème mois du calendrier lunaire; mois rempli d’événements et de merveilles, et qui prépare à la venue du mois de Chaabane et le mois de Ramadan,

Dites moi, dans les commentaires ci-dessous, qu’avez-vous envie de faire comme action ou de proposer une action à faire ?

Laissez votre commentaire et vos suggestions, ci-dessous >>

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*