Cheikh Fayçal Mawlawi

Mawlawi

Né en 1941 au Liban, Cheikh Fayçal MAWLAWI, fut un savant, prédicateur et penseur notoirement célèbre au Liban, dans le monde arabo-musulman et en Europe. Il fut l’un des fondateurs de l’UOIF et de l’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH)

Son éminence cheikh Fayçal Mawlawi magistrat, jurisconsulte « faqih » et conseiller à la cour suprême libanaise. Il est né en 1941 à tripoli au Liban. Il fut un savant, prédicateur et penseur notoirement célèbre au Liban, dans le monde arabo-musulman et en Europe. Il fut le président de l’association de l’éducation islamique au Liban. Il occupa le poste de secrétaire général de la « jama’a islamiyya »  au Liban, et président de « beyt ad-da’wa wad-dou’at » (Maison de la prédication et des prédicateurs) depuis sa création en 1990. Il fut également membre du comité administratif du congrès national islamique.

Licencié de droit au Liban, en 1967, et de sciences islamiques en Syrie, en 1968, il fut un temps magistrat pour des tribunaux musulmans à Beyrouth durant les années 1970 et est même nommé conseiller à la cour suprême de Beyrouth en 1988 jusqu’à sa démission en 1996. Diplômé également d’un DEA en droit à la Sorbonne, il demeure en France entre 1980 et 1985 et devient très vite le guide spirituel et l’un des piliers de l’UOIF à ses débuts. Il fut l’un des acteurs principaux pour la paix, le rapprochement et le vivre ensemble entre les musulmans et les chrétiens du Liban.

 

Un homme aux multiples casquettes

Avec le Cheikh Ahmed Jaballah et d’autres, il fonde l’Institut européen des sciences islamiques (IESH) à Château-Chinon et y enseigne durant plusieurs années. Son travail remarquable auprès des jeunes lui a même valu une récompense honorifique à l’époque de la part de l’Assemblée mondiale de la jeunesse musulmane (WAYN) comme étant le meilleur prédicateur musulman.

En parallèle, ce leader religieux charismatique, figure de l’islam sunnite, devient un homme politique très écouté au Liban où il est aussi connu comme le secrétaire général de la Jamaa Islamiya, un des principaux mouvements islamistes du pays, entre 1992 et 2009.
Comprenant très vite les difficultés et les conditions dans lesquelles les musulmans d’Europe doivent se soumettre pour pratiquer leur religion, il contribue à la création, en 1997 à Dublin, du Conseil européen de la fatwa et devient, en sa qualité de vice-président, le bras droit de Yousouf Al Qaradaoui, dirigeant de l’institution. Le concept de « charia de minorité » voit ainsi le jour.

 

L’Islam perd un grand homme

Cheikh Fayçal décédera le 8 mai 2011, à l’âge de 70 ans, des suites d’une longue maladie dans sa ville natale de Tripoli. Des journées de recueillement ont été organisées partout dans le monde et des témoignages élogieux marqués par la tristesse.

 

Zuheïr Mahmood, directeur actuel de l’IESH de Château-Chinon : « le penchant du Cheikh à toujours chercher le juste milieu, à réfléchir de façon ordonnée et rationnelle et à ne pas toujours choisir la solution la plus facile »

 

Études et qualifications scientifiques :

  • Diplômé de la faculté de droit et de sciences politiques (Université libanaise) en 1967.
  • Diplômé en sciences islamiques « shari’a » à l’université de Damas (faculté de shari’a) en 1968.
  • Il obtient un diplôme d’études approfondies (DEA) à la Sorbonne (Paris).
  • Il obtient le prix du meilleur prédicateur en Europe attribué par l’Assemblée Mondiale de la jeunesse musulmane.

 

  • Fonctions :
  • Il est nommé magistrat en 1968.
  • Il parcourt les tribunaux islamiques de premières instances de Rachia, Tripoli et Beyrouth.
  • Il est nommé conseiller à la cour suprême de Beyrouth en 1988. Il demeure à ce poste jusqu’à sa démission en 1996.
  • Il obtient la distinction de « magistrat d’honneur élevé au rang de conseiller » en 2001 (par décret gouvernemental).

 

  • Participations à la prédication :
  • Il rejoint le champ de la prédication musulmane en 1955.
  • Il fut le secrétaire général de la « jama’a ‘ibad ar-Rahman » au Liban.
  • Il fut secrétaire général de la « jama’a islamiyya » du Liban succédant au Dr. Fethi Yaken de 1992 à 2009.
  • Il fut le président de « beyt ad-da’wa wad-dou’at » depuis sa création en 1990.

 

  • Passage en France :
  • Il fut de passage en France de 1980 à 1985.
  • Il contribue à la création de l’UOIF et de l’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) à Château Chinon dont il fut le directeur fondateur.
  • Il contribue à la création de Conseil Européen de la Fatwa dont il est le vice-président.
  • Il contribua activement à diffuser une compréhension éclairée de l’islam qui lie le texte au contexte et appelle à l’ouverture sur la société.

 

Qu’Allah lui fasse miséricorde.

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*