L’invocation est le coeur de l’adoration

Lorsque l’homme utilise son intelligence et ses capacités humaines pour réaliser un acte et que malgré cela, il n’obtient pas ce qu’il désire et échoue, vers qui se retourne-t-il ? Quand un problème entrave son chemin dans la vie et qu’il n’arrive pas à s’en sortir, à qui demande-t-il de l’aide ? Quand toutes les portes se ferment et que commence la descente aux enfers comme on dit, vers qui lève-t-il les yeux ?

Lorsqu’on oublie Dieu, on s’en prend aux circonstances et on vit déprimé. On se laisse aller à se morfondre seul, à se lamenter, à se replier sur moi-même, à s’isoler des autres  à sombrer dans l’alcool, la drogue voire être amené au suicide.  Or, un homme dont le coeur est attaché à Dieu, ne désespère pas, il s’adresse à Allah et se tourne vers le ciel et appelle Ô Seigneur et invoque. Ce regard vers le ciel, qui dit : “Ô Seigneur, j’ai usé de la capacité que Tu m’as donnée et je m’en remets à Toi, car le reste dépasse mes capacités. Ce n’est pas un fatalisme, mais, la foi au destin, qui permet de se relever après l’échec.

Le croyant ne désespère jamais, ne passe pas sa vie en soupirs et désolations, mais transfère toute l’affaire aux mains de Dieu et à la puissance Divine qui est sans limite. Ainsi, si le croyant garde à l’esprit qu’Allah pourvoit à Son Univers, qu’Il ne le laisse pas une fraction de seconde, qu’Il ne se distrait pas une seconde et qu’Il ne dort jamais, alors le croyant ne craint rien car Allah voit et entend et répond à l’appel des gens en détresse. Allah dit dans le saint Coran : « Et si Mes serviteurs te demandent après Moi, Je suis tout proche, Je réponds à l’appel de celui qui m’appelle quand il m’appelle ; Qu’Ils me répondent donc et qu’iLs croient en Moi, peut-être seraient-ils plus mûrs » (Coran, chap. 2, v. 186). Allah dit aussi en ce sens : « Et qui donc réponds à l’oppressé quand il appelle et qui donc enlève le mal et fais de vous des vicaires  sur terre. »(Coran, chap. 28 : La fourmi, v. 62) Et c’est Allah qui ouvre les portes fermées et enlève les obstacles car quand tu appelles « Ô Allah », tu n’es pas seul mais Allah est avec toi, avec Sa puissance qui réduit tout ce qui est difficile.  Allah dit : « Ceux qui croient et dont les coeurs s’apaisent par l’invocation Allah, c’est par l’invocation d’Allah que les cœurs s’apaisent »  (Coran, chep. 13 :  Le tonnerre, v. 28)

L’invocation est le cœur de l’adoration car elle nous rappelle notre faiblesse devant la puissance d’Allah. Elle met dans les cœurs la crainte et le recueillement, et quand ce recueillement se mêle aux cœurs, il enlève l’orgueil, l’amour de la vie d’ici-bas. Car l’homme quoiqu’il s’élève, il sera toujours pauvre et nécessiteux envers la miséricorde d’Allah.

Ainsi, portez mes chers frères et soeurs, dans votre coeur l’amour de Dieu, tenez-vous en à Lui, et invoquez-Le par crainte et espoir, et invoquez-Le, le matin et le soir, et évitez d’être comme ceux qui sont ingrats ou peu reconnaissants, qu’Allah a décrit par ces paroles : « Et quand l’homme est touché par un mal, il Nous appelle à ces côtés, assis ou debout, et quand Nous le soulageons de son mal, il s’en va comme s’il ne Nous avait jamais appelé pour un mal l’ayant touché, c’est ainsi que les ingrats leur sont embellies leurs actions » (Coran, chap. 10 : Younous, v. 12 )

Maintenant, pratiquement, comment faire l’invocation ? Eh bien, rien de plus simple, il suffit de joindre ses mains de mettre dans son coeur Dieu, sincèrement avec amour, et de s’adresser à Lui, en intimité, de Lui parler, de se confier à Lui, loin des regards qui jugent, ou des apparences trompeuses. Sans intermédiaire. Rétablir le lien entre le ciel et la terre dont la connexion se fait dans le coeur du croyant.

Essaie et tu verras, et il y a un hadith qudusi – tradition prophétique – dont le sens vient de Dieu et les paroles du Prophète Mohammed (PSL) qui m’émoit à chaque fois que je l’entends ou que je le cite dans mes prêches : Abou dhar, compagnon du prophète, que Dieu agrée, rapporte que le Messager de Dieu (PSL) a dit : Dieu dit : “Celui qui accomplit une bonne action, Je la lui compte dix fois, voire plus. Celui qui accomplit une mauvaise action, Je ne la lui compte qu’une seule action ou bien Je la pardonne. Celui qui vient à Moi avec une montagne de péchés, sans rien M’associer, Je la transformerai en montagne de pardons, Celui qui se rapproche de Moi, d’un pouce, Je M’approche de lui d’une coudée, celui qui se rapproche de Moi, d’une coudée, Je Me rapproche de lui d’un mille, et celui qui vient à Moi en marchant,  Je viens à Lui en courant “.

Avec ce beau hadith, je finis, en vous souhaitant une bonne lecture. A bientôt.

1 Comment on L’invocation est le coeur de l’adoration

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*